6.1.09

Bernard Kouchner présentera début 2009 la réforme de notre politique culturelle extérieure



Bernard Kouchner annonce une réforme dès 2009 de l’organisation de la politique culturelle extérieure

Source : Ministère des Affaires Etrangères

"Je tiens à rendre hommage à tous ceux qui, aujourd’hui, à Paris et dans notre réseau culturel, répondent à la demande de France qui s’exprime partout dans le monde. Ils font vivre et évoluer nos programmes et les ouvrent à de nouvelles coopérations avec les institutions culturelles, les artistes, les écrivains, les universités, les collectivités locales et les entreprises de France comme des pays partenaires.

J’ai décidé, afin de soutenir et de renouveler cet élan, et dans le cadre de la modernisation de l’action extérieure de la France, de revoir en profondeur l’organisation de notre politique culturelle extérieure. Cette réforme, que je présenterai au début de 2009, comporte le développement, à partir de l’actuelle association CulturesFrance, d’une agence culturelle dotée par la loi du statut d’établissement public.

CulturesFrance, dès l’exercice 2009, gérera l’ensemble des programmes de notre action culturelle extérieure mis en œuvre depuis Paris, avec un budget de 28,3 millions d’euros, dont 21 apportés par le ministère des Affaires étrangères et européennes, malgré les contraintes budgétaires.

J’ai invité CulturesFrance à développer les synergies avec notre réseau d’instituts culturels, lui-même en pleine évolution, et avec les professionnels et les industries culturelles français.

Dans ce contexte, et avec Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, je remercie Jacques Blot et Olivier Poivre d’Arvor, actuels Président du Conseil et directeur de CulturesFrance, d’avoir accepté de poursuivre leur travail à la tête de cet opérateur, en attendant la mise en place du nouvel établissement public et de sa future direction."


Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes, présentera début 2009 la réforme de notre politique culturelle extérieure, qui s’inscrit dans le cadre plus large de la modernisation de l’action extérieure de la France.

1/ La promotion de la culture française à l’étranger permet également de poursuivre un triple objectif : valoriser les idées et l’expertise françaises dans le débat mondial, promouvoir les industries culturelles françaises, affirmer et moderniser l’image de la France, souvent associée à sa culture et à sa langue

2/ L’enjeu de cette réforme est d’améliorer l’efficacité d’un outil exceptionnel :

- exceptionnel par son ampleur, car le réseau culturel français c’est 149 centres et instituts culturels, ainsi que 230 Alliances françaises.

- 50 000 manifestations culturelles montées partout dans le monde chaque année ;

- 400 000 lecteurs inscrits dans nos médiathèques, 8 millions de prêts consentis et 1 million de livres nouveaux envoyés chaque année dans le réseau ;

- 640 000 étudiants inscrits à des cours de français soit une augmentation de 23% par rapport à 2004 pour nos centres et instituts et de 8% pour les Alliances françaises.

- Plus de 20 millions de personnes dans le Monde participent ou assistent directement tous les ans à des opérations soutenues par Culture France.

- 260 000 étudiants étrangers en France en 2007 (4ème rang mondial), dont plus de 18 000 boursiers.

- exceptionnel aussi par la qualité et le dynamisme des personnes qui y sont impliquées et qui font vivre et évoluer nos programmes et les ouvrent à de nouvelles coopérations avec les institutions culturelles, les artistes, les écrivains, les universités, les collectivités locales et les entreprises de France comme des pays partenaires.

3/ La modernisation passera notamment par le développement, à partir de l’actuelle association CulturesFrance, d’une agence culturelle au statut d’établissement public. CulturesFrance, dès l’exercice 2009, gérera l’ensemble des programmes de notre action culturelle extérieure mis en œuvre depuis Paris, avec un budget de 28,3 millions d’euros, dont 21 apportés par le ministère des Affaires étrangères et européennes, malgré les contraintes budgétaires.

A l’occasion du Conseil d’Administration de Cultures France qui a eu lieu le 17 décembre, le ministre a appelé au développement les synergies avec notre réseau d’instituts culturels, lui-même en pleine évolution, et avec les professionnels et les industries culturelles français.

1 commentaire:

Beya a dit…

C'est intéressant d'entendre parler à présent de "réforme de notre politique culturelle extérieure" notamment si l'on fait le parallèle avec les débats autour de la Francophonie et de la reconnaissance des pays membres. Je suis donc curieuse de voir si la réforme aborde ce point. Autre question que je me pose: avec un tel budget et une telle envie de promouvoir la culture française, s'attachera-t-elle également à réévaluer les conditions (notamment financières) d'accès aux programmes culturels (puisqu'il est fait mention dans cet article du patrimoine linguistique: dans plusieurs pays les étudiants doivent décrocher des bourses pour pouvir participer à des cours de français hors de prix dans des institutions françaises et ceux dispensés par les CCF restent souvent trop chers pour le citoyen moyen; en conséquence la culture française, d'une manière générale, reste élitiste à l'étranger et n'est pas tout à fait ouverte)? Enfin, autre point qui m'interpelle dans cet article: promotion de la culture française, valorisation des idées et expertise, affirmation de l'image... Cela me rappelle différentes périodes de l'Histoire où la France s'est appliquée à réaliser de tels objectifs, notamment le Siècle des Lumières avec la sacro-sainte Culture française comme exemple parfait de Civilisation du Bon ou encore comme les actions coloniales du XIXème et XXème siècle. Ces deux exemples ne sont pas particulièrement positifs et j'attends donc de voir dans les faits comment de tels objectifs seront réalisés...